Mémoriser mon compte

Contactez-nous pour plus d’informations

Mairie de Roscoff

  • Taxe de séjour
  • Bretagne
  • Mairie de Roscoff
Hennebaux, DGS de la mairie de Roscoff -
Imprimer Télécharger le PDF

Petite commune mais fort potentiel touristique : Roscoff peut dénombrer jusqu’à 20 000 résidents en période estivale ! La taxe de séjour est donc une recette essentielle pour cette collectivité dont le dynamisme économique repose sur le tourisme.

Depuis quand appliquez-vous la taxe de séjour dans la commune de Roscoff ?
La taxe de séjour est très ancienne en France puisqu’elle a été créée en 1910 ! Notre commune l’a mise en place en 1954. D’ailleurs, il est intéressant de rappeler que la vocation touristique de Roscoff remonte à la fin du XIXème, avec l'arrivée du chemin de fer et les débuts de la balnéothérapie.
Depuis, la commune de Roscoff n’a cessé d’accroître son potentiel touristique et offre aujourd’hui une capacité hôtelière de 500 chambres, sans compter les gites, les chambres d’hôtes et le camping. Dans ce contexte, les recettes liées à la taxe de séjour (bien qu’elle ne soit appliquée que de mi-juin à mi-septembre) sont loin d’être négligeables.

Quelles étaient vos recettes annuelles sur les années passées ?
Nos recettes annuelles s’élevaient environ à 40 000 euros, et ce après avoir atténué certains abattements non justifiés.
Malgré cela, nous étions conscients que les recettes perçues étaient encore en-deçà de ce que nous devions collecter. D’ailleurs, cette sous-imposition avait été confirmée par la Chambre régionale des comptes en 2005, à l’occasion d’une étude comparative sur les villes touristiques de Bretagne.

Pourquoi avoir décidé de confier une mission sur la taxe de séjour à un cabinet externe ?
Quand nous avons échangé avec le cabinet CTR lors du dernier Congrès des DGS à Strasbourg, j’ignorais que ce type de mission était envisageable ! J’ai été tout de suite convaincu de l’intérêt de sous-traiter cette intervention. Nous sommes une petite collectivité et nous n’avons pas les ressources nécessaires, ni l’expertise pour vérifier les déclarations de nos redevables. En outre, l’intervention d’un tiers est souhaitable pour intervenir auprès des redevables. Cela facilite les échanges.

Quels ont été les résultats de cet audit ?
CTR a détecté un gain supplémentaire de 17 000€, soit 50 % de recettes supplémentaires ! Cette démarche a donc été gagnante pour la mairie. Cet audit nous a également permis de bénéficier de bases de gestion plus saines sur cette taxe, et surtout de rétablir une certaine forme d’équité fiscale sur le territoire : on ne peut pas accepter que certains paient et que d’autres se contentent de fausses déclarations…

Comment allez-vous réaffecter ces ressources supplémentaires ?
Il est important de préciser que les ressources liées à la taxe de séjour sont affectées directement au tourisme local. Toutes les régularisations obtenues sur l’année 2010 seront donc utilisées à des fins de développement touristique sur la commune de Roscoff.
A l’avenir, les recettes seront perçues par la nouvelle intercommunalité qui fusionne 3 communautés de communes et à qui a été transférée la compétence « tourisme ».  Dénommé « Roscoff, Côtes des sables, Enclos paroissiaux », cet organisme officiellement créé le 1er janvier 2011, a en charge les six offices du tourisme ou syndicat d'initiative, ainsi que des huit points-informations sur les 33 communes concernées.
Le travail effectué sur notre taxe de séjour est donc bienvenu car il va nous permettre de transférer un dossier clair et solide à l’intercommunalité. Et les futures recettes collectées permettront donc d’accompagner le développement touristique à l’échelle intercommunale.